fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF Format pdf
impression Impression

Qu’est ce que la greffe de moelle osseuse ?

Différentes pathologies peuvent nécessiter à un moment donné le recours à un don de moelle osseuse pour une allogreffe (ou greffe allogénique) : donneur et receveur sont 2 individus distincts.

La greffe de moelle osseuse, c’est le remplacement des cellules souches hématopoïétiques (CSH) du malade par celles d’un donneur compatible en parfaite santé. Les cellules du donneur sont appelées le greffon.

La greffe de moelle osseuse est « techniquement » simple mais immunologiquement compliquée.
Il y a une condition absolue : la compatibilité HLA (Human Leucocytes Antigens).
Pour la meilleure chance de réussite d’une greffe, il est indispensable que le donneur et le receveur aient une identité génétique la plus proche possible.

Chaque personne possède sa propre « carte d’identité biologique » qui lui est transmise génétiquement : le système HLA. Ce système très complexe se compose de plusieurs marqueurs et n’a rien à voir avec le groupe sanguin.
C’est la similitude entre 2 cartes d’identité biologique qui détermine la compatibilité entre 2 personnes et donc la possibilité de faire une greffe.

En théorie, un malade a 1 chance sur 4 d’être compatible avec un frère ou une sœur, car il existe 4 possibilités différentes de distribution des antigènes HLA.
Lorsqu’il n’y a pas de donneur compatible dans la fratrie, il est nécessaire de trouver un donneur non apparenté compatible.
Le médecin greffeur fait appel alors au registre France Greffe de Moelle pour y rechercher, tant au niveau national qu’international, un donneur dont les caractéristiques génétiques sont aussi proches que possible de celles du malade.

La probabilité d’être compatible entre deux individus pris au hasard est très rare : 1 chance sur 1 million.

La greffe : un processus en plusieurs étapes :

1. La préparation de la greffe :

La première étape, pour le malade, est un traitement de « conditionnement », consistant en une chimiothérapie parfois associée à une radiothérapie. Ce conditionnement a pour finalité de détruire les cellules cancéreuses de la moelle du malade et aussi son système immunitaire afin d’éviter le rejet du greffon.

2. La greffe :

Le greffon contenu dans une poche de transfusion est administré par voie intraveineuse dans la circulation sanguine. Les cellules souches du greffon vont coloniser les os et prendre la place laissée libre par le conditionnement.

3. La période d’aplasie :

Ces cellules vont mettre plusieurs jours, voire plusieurs semaines avant de proliférer et se différencier en cellules sanguines. Cette période est l’aplasie.
Pendant l’aplasie, les défenses immunitaires étant amoindries, il y a risque d’infection, ce qui nécessite l’isolement des malades dans une chambre à flux stérile et la prescription d’antibiotiques.

4. La reconstitution des cellules sanguines :

Les premières cellules à apparaitre sont les globules blancs :

  • les neutrophiles : 2 à 5 semaines après la greffe, leur présence indique que la greffe a pris et que les risques d’infection à bactéries et champignons sont amoindris.
  • les lymphocytes : environ 1 mois après la greffe mais ils ne sont pas aussitôt actifs ; ils doivent être éduqués, ce qui prend quelques mois au cours desquels persiste un risque d’infection par des virus et de réaction du greffon contre l’hôte (GvH) : les lymphocytes provenant du donneur reconnaissent les cellules du receveur comme « non-soi » et vont tenter de les détruire. Les lymphocytes attaquent principalement la peau, le tube digestif, les intestins et le foie. Un traitement préventif immunosuppresseur (antirejet) est administré pendant plusieurs mois après la greffe.

Pendant cette période le patient devra éviter d’être en contact avec des personnes malades et prendre des précautions d’hygiène.

Les globules rouges apparaissent au bout de 2 à 3 semaines, les plaquettes après un peu plus d’un mois.